Mensuel internet des micro et nano aquariums récifaux

Histoire d'un cube de 27 litres

Rubrique : Nanorécif
Auteur : 27-L
Niveau : Débutant



L’inondation de mon salon par un 800l récifal est à l’origine de mon aventure en Nanorécif.

Suite à cette catastrophe, j’ai arrêté l’aquariophilie pendant 2 ans bien soutenu par madame dans cette voie. Mais les sites Internet, tel que France Nanorecif, gravitant autour de cette passion vous ramènent petit à petit à l’envie…

Plus question pour madame d'avoir un Titanic inversé dans le salon!
J'ai donc voulu réduire le volume en pensant tout d'abord à un 200 litres, puis à un 100 litres pour finalement arrêter mon choix sur un 27 litres principalement destiné aux coraux durs.

Les premières contraintes étaient esthétiques, pas question d’avoir un cube de 27L au milieu d’une usine à gaz .

Les premières réflexions furent :

  • Coraux durs = fort brassage et un éclairage puissant

  • Peu de place cela veut dire pas de décantation classique et pas d’écumeur.

  • Si pas d’écumeur alors pas de poisson pour limiter la pollution et pas de sable pour pouvoir évacuer la sédimentation

  • Si pas d’écumeur l’export des « toxines » se fera par changement d’eau hebdomadaire de 10% contribuant également à remplacer les différentes substances consommées par le cube.

Les grandes lignes de maintenance étant lancées, voilà comment je les ai appliquées :

Fort éclairage : Ayant du matériel dans les cartons je choisi un petit HQI 150w hit-lit 10000K.

Le volume étant faible il faut limiter au maximum l’élévation de température :

  • Ventilation en permanence du HQI

  • Mettre les pompes en extérieur, celles-ci dissiperont une partie de leur chaleur dans l’air au lieu de la dissiper dans l’eau, choisir des pompes de faible wattage

  • Prévoir une ventilation de la surface du bac pour les périodes chaudes

Pompes en extérieur, cela veut dire percer la cuve de façon à réaliser des « closed loop », et autant en profiter pour y incorporer un volume utile supplémentaire sous la forme d’un filtre project 1000.

Celui-ci faisant 1000L/h et 15W, j’avais peur que l’inertie d’un petit bac soit trop importante pour un seul point de brassage donc j’ai envisagé un deuxième closed loop avec une newjet 1200l/h 15W qui servirait à brasser la surface pour suppléer l’oxygénation non réalisée par l’écumeur et j’en profiterai pour noyer dans ce second circuit un thermoplongeur.

Il ne restait plus qu’à mettre en œuvre ces réflexions :

Le cube de 30 cm de côté sera percé par mes soins de trois trous avec une scie cloche béton.

Trois trous sur le fond en partie arrière, un central pour la sortie d’eau et un de chaque côté pour le retour des closed loops.

Chaque trou se verra garnir d’un passe cloison et d’un robinet d’arrêt .

De haut en bas :

  • le retour du filtre project réalisant un brassage tournant

  • la sortie d’eau munie d’une crépine

  • le retour de la pompe newjet effectuant un brassage de bas en haut, et brassant la surface

Sous le cube un meuble ikea percé de trois trous accueil le filtre, la pompe newjet et le circuit électrique qui n’est pas exemplaire mais qui comporte un disjoncteur différentiel de 30mA dans une boite de dérivation.

La potence servant à soutenir le HQI comporte le câblage pour le HQI, pour le ventilateur du HQI, pour un blower qui ventilera la surface en été et qu’il faut que je mette sur thermostat ainsi que d’un tube pour l’osmolation.

Comme vous pouvez le voir sur la photo le filtre à plusieurs étages, celui du bas est garni de micromex JBL peuplé aujourd’hui d’une microfaune importante, ceux du haut de zéolithe.

Le cube a été démarré avec des PV dévitalisées suite à une invasion d’aiptasia, chose que je ne ferais plus car cela donne un aspect stérile que j’ai du compenser par l’ajout d’une Pierre Vivante post phase de démarrage…

La suite est classique:

  • phase de démarrage,

  • les détrivores au bout de 3 semaines

  • Les coraux assez rapidemment vu la stabilité du cube au bout de 6 semaines

Le bac étant principalement peuplé de coraux durs, la question du taux de calcium s'est vite posée, pour y répondre j'ai bricolé un Réacteur à Hydroxyde de Calcium avec agitation magnétique dont vous pourrez trouver les plans sur nanoZine.

Quelques photos du résultat :



2 commentaires:

jlc_9_1 a dit…

J'ai une question à propos du filtre externe :
Tu utilises "plusieurs étages, garni de micromex JBL et de zéolithe". Comment utilises-tu ce filtre (sert de substrat aux bactéries dénitrifiantes, capacité d'adsorption des zéolithes, ...), fais-tu des 'nettoyages' périodiques ou des remplacement (total, partiel) des masses filtrantes.
Cette démarche inhabituelle est intéressante, dits nous en plus...

27-L a dit…

En fait, micromex à en effet une action dénitrifiante, de plus il se présente sous forme de boule de 1cm de diamètre permettant à une importante microfaune, amphipodes, isopodes, polychetes de vivrent dans cet espace. La zeolithe à été introduite comme support bactérien et masse absorbante. Le filtre n'est pas entretenu c'est à dire que pour l'instant la sédimentation dans celui-ci (il est transparent) ne dépasse pas une couche de 1mm. Il tourne ainsi depuis 5 mois, je ne prévois de changer la moitié de la zeolithe (1l sur 2) que une fois par an mais pour l'instant aucun signe de besoin, il faut noter tout de même que ce bac ne contient pas de poisson, et est trés peu polué par des apports de nourriture.
Chaque animal est nourrit spécifiquement, ophiure,caulastrea et nasarius un comble je nourris mes détrivores...